Skip to content
menu-toggle
menu-close

Palais de Justice de Lille par OMA

Eiffage livrera le nouveau Palais de Justice de Lille au premier trimestre 2025. Ce projet dessiné par l’agence néerlandaise OMA avec Saison Menu totalise 24 148m2 pour un budget de 85 millions d’euros. À travers cette architecture, les architectes d’OMA ont essayé d’aller à l’encontre d’une architecture intimidante.

Contexte et implantation du Palais de Justice de Lille

Le projet du nouveau Palais de Justice de Lille est un projet de longue haleine, la rénovation de l’actuel est envisagée dès 2005 pour un montant de 65 millions d’euros mais rapidement abandonné au profit de la construction d’un nouveau bâtiment. De plus, le Palais de Justice historique de Lille est considéré par les professionnels du droit comme trop étroit avec ses 14 800 m2 de surface utile, le nouveau offre 2 000 m2 de surface utile en plus.

 

PALAIS DE JUSTICE LILLE OMA SAISON MENU© OMA - Saison Menu - WSP France - BMF

D'abord envisagé sur une friche industrielle à Lille-Fives, puis à Euralille, sa localisation est sujette à des débats politique. Finalement, le nouveau Palais de Justice de Lille est annoncé rue Gandhi en 2016 par le ministre de la Justice de l’époque, Jean-Jacques Urvoas avec un budget de 100 millions d’euros.

En 2017, les architectes sont sélectionnés parmi 39 candidats. Les finalistes sont les Lillois de Coldefy & Associés avec Sou Fujimoto, OMA avec Saison Menu, Dominique Perrault Architecture et les Néerlandais Neutelings. Le 14 février 2018, l’agence d’architecture OMA est désignée lauréate.

Le projet initial intégrait la construction d’une Maison des Avocats, toutefois, afin de limiter l’artificialisation des terres dans ce quartier, cet équipement a été retiré du projet.

Composition architecturale du Palais de Justice de Lille

Les architectes néerlandais ont conçu trois espaces distincts, le premier est le socle qui abrite les 11 salles d’audiences.

Le second volume de forme hexagonale surplombe les salles d’audiences et s’ouvre vers les espaces extérieurs à travers une grande façade au vitrage teinté de l’extérieur et clair de l’intérieur. C’est la filiale d’Eiffage, l’entreprise Goyer qui sera en charge de la mise en œuvre des 9 000 m2 de vitrages. Cet espace accueillera toutes les salles de travail du tribunal.

Enfin, les architectes ont positionnés au cœur du projet les 60 salles d’audience du cabinet, autour d’une tour triangulaire.

Choix environnementaux et énergétiques

Le bâtiment du tribunal sera raccordé au réseau de chaleur urbain, cette source d’énergie est actuellement alimenté par 60% d’énergies renouvelables. Concernant la performance carbone, le projet atteint le niveau E3C1 du label E+C-.